Historique de la Shem

 

Quoi de neuf ?

 

  • 2013 : Inauguration d'une nouvelle centrale hydroélectrique souterraine : "Sainte-Engrâce II". Construite dans un puits de 27 mètres de profondeur au pied du barrage de Sainte-Engrâce au Pays Basque (Pyrénées-Atlantiques). La 56e usine de la SHEM , un exemple en matière d'intégration paysagère et de respect de l'environnement
  • 2012 : Acquisition de la centrale hydroélectrique de Barragary en Pays Basque (Pyrénées-Atlantiques), 55e usine.
  • 2010 : La SHEM fait de l'acquisition de trois centrales hydroélectriques situées en Béarn (Pyrénées-Atlantiques) : Aste Béon, Nay et Arthez d'Asson. La SHEM possède 54 usines.
  • 2009 : Mise en service de 94 panneaux photovoltaïques du siège central de la SHEM à Balma (périphérie toulousaine). Une volonté affichée de la SHEM de poursuivre son développement dans toutes les énergies renouvelables, après son installation, en octobre 2007, dans ce bâtiment s’approchant des normes HQE.
  • 2008 :
  • 2 avril : Inauguration de La Verna, la « première centrale du futur » en présence de Gérard Mestrallet, Président Directeur Général de GDF SUEZ. Cette réalisation technique hors norme à 700 mètres de profondeur est invisible et s’intègre parfaitement dans son environnement. Les journées portes ouvertes attirent des milliers de visiteurs.
  • 16 juillet : SUEZ et GDF fusionnent pour devenir GDF SUEZ, donnant ainsi naissance à un nouveau leader mondial de l’énergie. La SHEM prend sa place au sein de la Branche Énergie France du nouveau leader énergétique mondial.
  • Décembre : Acquisition du Moulin de Datto, au Pays Basque, la 51e usine du parc de la SHEM.

 

Historique de la SHEM

 

Les dates-clefs

  • 1902 : La Compagnie du Midi décide d’électrifier des lignes de chemin de fer de montagne des Pyrénées, dont l’exploitation par traction vapeur se révèle techniquement difficile et onéreuse. L’absence d’usines de production d’électricité et de réseaux de transport l’oblige à créer la source d’énergie qui alimentera ses projets d’électrification : les premières centrales hydroélectriques sont mises en service.
  • 1910 : Démarrage de l’activité du premier ouvrage de la Compagnie du Midi : le barrage des Bouillouses (Pyrénées-Orientales), et l’usine de La Cassagne destinés à alimenter le Train Jaune.
  • 1919 : L’importance des projets et l’ampleur des réalisations conduisent La Compagnie du Midi à créer un service de construction des usines hydroélectriques, les UHE - Usines Hydro Electriques - qui s’installe rue de la Dalbade, à Toulouse.
  • 1929 : Sous la pression du syndicat UPEPO, qui regroupe des producteurs autonomes d’électricité dénonçant la concurrence de La Compagnie du Midi, celle-ci crée une filiale. Le 19 juin 1929, la SHEM, Société Hydroélectrique du Midi, se voit attribuer pour 99 ans des concessions de l’est à l’ouest des Pyrénées et dans le Massif Central.
  • 1938 : À sa création au 1er janvier 1938, lors de la nationalisation du chemin de fer, la SNCF hérite des ouvrages hydroélectriques et l’UHE devient le gérant de l’ensemble du parc hydroélectrique de la SNCF et de ses filiales.
  • 1946 : En 1946, les moyens de production d’énergie ayant une puissance supérieure à 8 000 KVA sont nationalisés. La SNCF, entreprise nationale, reste propriétaire de ses usines.
  • 1992 : Un décret ministériel transfère à la SHEM l’ensemble des concessions et autorisations du patrimoine hydroélectrique que l’Etat avait accordé à la SNCF.
  • 2000 : La loi du 10 février autorise la SHEM à devenir producteur indépendant.
  • 2002-2006 : Electrabel (groupe SUEZ) conclut un accord de partenariat capitalistique et commercial avec la SNCF et entre progressivement au capital de la SHEM, jusqu’à la contrôler à 99,6%.
  • 2007 : La SHEM installe son siège à Balma, dans l’agglomération toulousaine.