Nos engagements

Nos équipes vivent et travaillent dans des sites naturels de toute beauté, préservés et sensibles. La nature est une valeur que nous intégrons constamment dans nos méthodes de production, car il n’y a pas de production d’énergie renouvelable sans une nature protégée. Cela implique un engagement complet de tous, au service des eaux, forêts, berges, lacs, rivières, de la faune et la flore environnantes.

La SHEM partenaire des acteurs du milieu

Acteur des territoires, la SHEM travaille en concertation en faveur de la biodiversité avec différents partenaires dans les vallées où elle est implantée. Ces partenariats permettent de mettre l’accent sur les principaux enjeux de préservation et d’amélioration des habitats et de co-construire des réponses adaptées.

La SHEM collabore avec les Fédérations de pêche et les AAPPMA, l’association Migradour, le Parc National des Pyrénées, le Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes, les Conservatoires des Espaces Naturels Midi-Pyrénées et Aquitaine, des collectivités (Louvié- Juzon, communauté de communes de la Vallée du Louron…) et les administrations (ONEMA…).

Différentes actions sont actuellement en cours comme des suivis environnementaux, l’aménagement de sites, des journées de sensibilisation pour le public, de l’information et de la formation des agents de la SHEM, des programmes de recherche sur les espèces endémiques et piscicoles.

La SHEM, partenaire de la Chaire universitaire de Limoges.

Fondation de l’Université de Limoges

L’environnement est un enjeu central de notre société et se décline à toutes les échelles territoriales. Les cours d'eau et leurs bassins versants, de par leurs multiples fonctions (irrigation, eau potable, production électrique,...) concentrent des enjeux économiques, sociaux, politiques et environnementaux réels ou supposés. Ce multi usage entraîne parfois des intérêts divergents. Les cours d’eau et leurs bassins versants constituent ainsi que leurs enjeux, des terrains d’études pertinents. Cette réflexion doit aboutir à la proposition de modalités de gestion de la naissance du cours d’eau à son embouchure. Cette gestion se veut globale et concertée : prise en compte de tous les acteurs et de tous les enjeux.

Dans cette perspective, la SHEM et la Fondation Partenariale de l’Université de Limoges ont initié un ambitieux programme de recherche intitulé : « capital environnemental et gestion durable des cours d’eau » qui est porté par le laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS (UBP Clermont-Ferrand-Université de Limoges). La mise en œuvre du programme scientifique repose sur une Chaire d’enseignement et de recherche d’une durée de 5 ans.

La SHEM engagée pour la continuité écologique

Lac d’Artouste par A.Frespuech

Le réseau hydrographique du grand Sud-Ouest constitue un important réservoir de biodiversité recelant des richesses écologiques contrastées selon leur dynamique naturelle. Les cours d’eau assurent des fonctions écologiques (migration, reproduction, habitat et transit sédimentaire), des fonctions nécessaires aux activités humaines (eau potable, agriculture…) et des fonctions de régulation essentielles à la prévention de risques (inondations…).

Différentes directives européennes déclinées dans le droit français ont institué des mesures de protection et de restauration de la qualité des cours d’eau partout en Europe.

La SHEM, producteur hydroélectrique majeur du Sud-Ouest, participe à ce vaste objectif européen de préservation de ce patrimoine naturel. Elle contribue aux réflexions comme les Schémas Régionaux de Cohérence Ecologique (SRCE), les trames vertes et bleues* et collabore à de nombreuses actions de terrain.

La continuité écologique à la SHEM en chiffres

  • 8M€ d’investissements d’ici 2018
  • 20 ouvrages
  • 10 passes à poissons installées et entretenues
  • le 1er ascenseur à poissons de France à Castet
  • 1 dispositif de comptage par piégeage exploité en collaboration avec Migradour
  • 1 caméra de comptage issue de l’imagerie médicale

Définitions : La trame verte et bleue est définie par la loi du 3 août 2009 (dite « Grenelle ») et a pour objectif d’enrayer la perte de la biodiversité en participant à la préservation, à la gestion et à la remise en état des milieux nécessaires aux continuités écologiques, tout en prenant en compte les activités humaines.

Le SRCE est un outil d’aménagement du territoire défini par la loi du 12 juillet 2010 (dite Grenelle II), élaboré conjointement par la région et l’Etat qui doit prendre en compte les orientations nationales pour la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques.